Dessert de Saint Valentin : Pétales de rose, miel, gingembre

Dessert de Saint Valentin : Pétales de rose, miel, gingembre

Voici un dessert de Saint-Valentin,
Très facile et assez impertinent ! Créez l’événement avec des pétales de rose rouge, au creux desquels vous aurez fait couler du miel d’acacia, ou d’oranger, dans lequel vous aurez préalablement fait infuser quelques morceaux de pulpe de gingembre.

À vous et à chacun d’imaginer, la façon gourmande et amoureuse, de déguster ces pétales…

L’association du milieu du mois de février avec l’amour et la fécondité date de l’Antiquité. Dans le calendrier de l’Athènes antique, la période de mi-janvier à mi-février était le mois de Gamélion, consacré au mariage sacré de Zeus et de Héra.
Dans la Rome antique, le 15 février étaient fêtées les Lupercales ou festival de Lupercus, le dieu de la fécondité. Les Luperques, prêtres de Lupercus, sacrifiaient des chèvres au dieu. Avec le couteau sanglant, les prêtres touchaient le front de deux jeunes aristocrates patriciens, un garçon et une fille. Un bouc était ensuite sacrifié, et de sa peau étaient fabriquées des lanières. Les Luperques couraient alors nus autour du Palatin en frappant, avec les lanières, les femmes qui se mettaient sur leur passage pour recevoir don de fertilité conformément à l’oracle de Junon, protectrice du mariage et de la maternité2.
Au moins trois saints différents sont nommés Valentin, tous trois martyrs3. Leur fête a été fixée le 14 février par décret du pape Gelase Ier, en 495. C’est à cette date qu’ils sont mentionnés dans les premiers martyrologes4 :
•    Valentin de Rome, un prêtre qui a souffert le martyre à Rome dans la seconde moitié du IIIe siècle et qui a été enterré sur la Via Flaminia.
•    Valentin de Terni, un évêque d’Interamma (le Terni moderne), qui a également souffert le martyre dans la deuxième moitié du IIIe siècle et qui a également été enterré sur la Via Flaminia.
Le rapprochement entre la Saint-Valentin et l’amour courtois n’est mentionné dans aucune histoire ancienne et est considéré par des historiens comme une légende. Il existe une autre légende selon laquelle la fête de la Saint-Valentin a été créée pour contrecarrer la pratique des Lupercales par les jeunes amoureux qui dessinaient leurs noms sur une urne, mais cette pratique n’est citée dans aucune source écrite de l’époque. Sauf une miniature du XIIe siècle qui montre l’appropriation chrétienne de rites païens5.
Le jour de la Saint-Valentin a longtemps été célébré comme étant la fête des célibataires et non des couples. Le jour de la fête, les jeunes filles célibataires se dispersaient aux alentours de leur village et se cachaient en attendant que les jeunes garçons célibataires les trouvent (définition des Lupercales)6. À l’issue de ce cache-cache géant, les couples formés étaient amenés à se marier dans l’année. Ceci permettait de développer la démographie et stimuler l’expansion des villages. Cette pratique laissait libre cours à beaucoup de tricheries de la part de couples officieux ainsi que des hommes qui visaient une jeune fille en particulier et notamment « la plus belle du village », très courtisée.

Dessert-de-Saint-Valentin-Pétales-de-rose-miel-gingembre
Dessert-de-Saint-Valentin-Pétales-de-rose-miel-gingembre

© marielys-lorthios.com |

Mentions légales

| Politique de condidentialité

| Cookies

| Plan du site

| Lexique

| Photographies disponibles en photothèque chez